Rencontre d’un ancien résistant

Nous avons rencontré Pierre André Charret le 25 janvier dernier au lycée. Pierre André est un ancien résistant qui nous a raconté son histoire et sa lutte contre l’Allemagne nazie lors de la seconde guerre mondiale.

Il a créé un groupe de résistants avec 3 autres lycéens au lycée de Guéret, dans la Creuse. Il avait 17 ans. C’était en 1943. Ils ont baptisé leur groupe René Laforge, du nom d’un résistant fusillé peu de temps auparavant. Ce groupe appartenait aux FTP (Francs-Tireurs et Partisans), proches du parti communiste.

Il a mené de multiples actions avec ses camarades. Au départ ils étaient 5. Par exemple, il a transporté des armes sur son vélo et fourni des vêtements au maquisards. L’un d’entre nous lui a demandé s’il avait tué un ennemi au cours d’un combat. Il a répondu qu’il en avait peut-être tué ou blessé lors d’une embuscade près du barrage d’Eguzon en 1944. Mais comme il tirait de loin, ni lui ni ses camarades ne pouvaient en avoir la certitude. L’embuscade avait rempli ses objectifs.

Avant le débat, nous avons vu un documentaire sur Marc Parrotin qui appartenait également au groupe René Laforge, aux côtés de Pierre André.

C’était un camarade de lycée. Pierre André nous a raconté que Marc a été fait prisonnier à Limoges en 1944. Il allait être exécuté. Mais il a été sauvé par un groupe de résistants, commandés par le Colonel Guinguoin, qui ont libéré Limoges. Il a été torturé par la milice, alliée des nazis. Mais il n’a jamais dénoncé ses camarades. Pierre André pense qu’il lui doit la vie.

Il estime avoir eu beaucoup de chance. A la fin de la guerre, il retrouve sa mère et il apprend alors qu’elle aussi a résisté à sa manière en protégeant des enfants juifs dans l’école où elle travaillait en tant qu’infirmière. Pierre André s’était engagé à combattre jusqu’à la fin de la guerre. Il a rejoint les FFI (Force Francaise de l’intérieur) puis l’armée régulière.

Quelques jours après le 8 mai 1945, il est envoyé a Alger avec son régiment sans savoir pourquoi. Ils défilent a Alger. Ils apprennent alors qu’un massacre a eu lieu le 8 mai 1945 lors d’une manifestation indépendantiste à Sétif. Il s’agissait de rassurer la population européenne. Pierre André a clairement exprimé qu’il était opposé eux guerre coloniales qui ont eu lieu après la 2e guerre.

Amory Dahmani et Tristan Hubert