Archives par mot-clé : mis-en-avant

Lutter contre les discriminations

Mardi, nous avons rencontré deux intervenants de la ligue des droits de l’Homme, Mme Tiset et M. Philibert, qui sont venus débattre avec nous sur la question des discriminations.

La discrimination c’est le fait de mettre à l’écart quelqu’un ou de lui donner un traitement défavorable en fonction de son origine, son sexe, son âge, son apparence physique, ses opinions, sa religion, son lieu de résidence…

Elle peut se manifester lors d’une recherche d’emploi, de logement, d’une demande de prêt…

Toutes les discriminations sont interdites par la lois, mais il est difficile de les prouver.

Une expérience a démontré que la discrimination à l’embauche existe vraiment. Un testing a été réalisé récemment (janvier 2020). On a envoyé un ensemble de CV, de lettres de motivations à de grandes entreprises Françaises. On a pu observer que les candidats dont le nom était Français obtenaient davantage d’entretiens.

Les intervenants nous ont montré des vidéos où on constate que les discriminations passent aussi par l’accent ou l’origine. On a vu un exemple récent avec les Chinois à Paris, qui se sentent discriminés depuis l’apparition du coronavirus.

Ils nous ont demandé ce qu’on ferait si nous étions victime nous même de discrimination. Certains ont répondu qu’ils iraient porter plainte à la police. Les intervenants nous ont conseillé d’en parler aux professeurs ou aux CPE si un incident se produisait au lycée. Ils nous ont aussi parlé du Défenseur des droits à qui on peut envoyer un courrier.

Nous pensons que les discriminations ne devraient plus exister depuis qu’elles sont reconnues comme telles, c’est à dire depuis la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, qui stipule que tous les Hommes naissent libres et égaux en droit.

Ethan Piétin et Margaux Sergent

La semaine de l’orientation

Du mardi 11 février au jeudi 13, notre établissement a accueilli la faculté des sciences appliquées de Béthune, les entreprises Ramery, Eiffage et Eurovia. La faculté et les entreprises ont présenté leurs différentes branches et secteurs en salle de Cecco. Les étudiants de BTS et élèves de terminales ont été conviés à assister aux présentations.

L’entreprise Ramery nous a présenté trois secteurs d’activités : TP (travaux publics), Bâtiment, et Enveloppe du bâtiment. Chacun de ces secteurs correspond à l’un de nos BTS.

Je termine mes études en EEC (études et économie de la construction) qui est une filière généraliste et intéresse aussi une entreprise comme Ramery. Après un échange avec le personnel, nous pouvions leur communiquer nos coordonnées pour des stages, des apprentissages voire une première embauche. La démonstration s’est terminée par une collation que tout le monde a beaucoup apprécié. Nos professeurs étaient aussi présents.

Le lendemain le groupe Eiffage a envoyé une représentante des ressources humaines du district des Hauts-de-France et du Grand Est. Elle nous a présenté les champs d’activité du groupe : Bâtiment, Travaux publics, Énergie et Route. On a surtout eu des informations sur le secteur Route, dans lequel elle travaille. A la fin de la démonstration, nous pouvions avoir une entrevue avec elle et lui transmettre CV et lettres de motivation.

Jeudi, nous avions rendez-vous avec la faculté des sciences appliquées de Béthune puis le groupe Eurovia, une filiale de Vinci spécialisée dans les travaux publics. La représentante d’Eurovia nous a explique que toutes les flilières de BTS du lycée les intéressaient a priori. Eux-mêmes disposent de campus à Mérignac et Gevrey-Chambertin où ils forment leurs salariés et où on peut donc compléter nos formations.

Cette semaine a été bénéfique à la fois pour les lycéens, qui sont à la recherche de formations post-bac, et pour les étudiants en BTS, qui sont à la recherche de stages et d’emplois.

Albert Godsens

Echange scolaire avec l’Allemagne

Cette année les élèves germanistes de seconde et première avaient la possibilité de participer au nouvel échange scolaire avec une école à Witten, en Allemagne, la Rudolf Steiner Schule.

La première partie s’est déroulée en janvier. Neuf élèves se sont lancés à la découverte de la vallée de la Ruhr et surtout de leurs correspondants allemands.

Notre programme a été éclectique : une ancienne aciérie qui est aujourd’hui transformée en salle de spectacle, une après-midi Bowling, un déjeuner au restaurant et puis la visite du stade de football de l’équipe de Dortmund ont été les moments forts pour nous tous. Pour l’accueil chaleureux et l’organisation nous remercions notre collègue à Witten, Madame Véronique Rothstein.

Les binômes ont très bien fonctionné comme on peut constater en lisant les témoignages que les élèves ont rédigés le dernier jour en Allemagne.  Certains auraient aimé rester plus longtemps Outre-Rhin et tous les élèves ont constaté plus de facilité à s’exprimer dans la langue de Goethe à la fin de leur séjour.

Vivement la venue des copains allemands au mois de mars. Nous visiterons entre autres la citadelle, le Palais des Beaux-Arts, le LAM à Villeneuve d’Ascq, l’exposition «Bauhaus» au WAAO à Lille et nous jouerons à la pétanque !

Verena Carpentier, la professeur d’allemand, et Philippe Montagne, le proviseur adjoint, ont eu le plaisir d’accompagner cet échange.

Journée Portes Ouvertes du 25 janvier

De nouveau cette année on a constaté une forte affluence à la journée portes ouvertes du mois de janvier, plus particulièrement destinée aux filières de BTS.

Les visiteurs s’inscrivent à l’accueil ou auprès des professeurs qui animent les différents stands représentant les 13 filières de BTS en formation initiale ou en alternance.

Nous vous rappelons les noms des différentes filières:

Pour la première fois la classe préparatoire ATS génie civil et architecture, était présente. On découvrait aussi deux nouveautés en salle De Cecco : le totem qui avait été monté au salon de l’étudiant, et qui y a été remonté dans sa configuration d’origine, c’est-à-dire avec ses deux cylindres, et une petite exposition sur Jean Prouvé.

Les visiteurs trouvent des réponses à leurs nombreuses questions en groupes ou en tête à tête. 

Nous espérons qu’ils nous rejoindront nombreux l’an prochain.

F. Maldonado

Dans les coulisses du salon du lycéen et de l’étudiant

Les salons de l’étudiant ont lieu à Lille chaque année au mois de janvier. Les lycées, écoles, universités qui souhaitent y participer louent un emplacement de stand pour diffuser des informations sur les formations qu’ils proposent. Les visiteurs sont toujours très nombreux. Ils y font en quelque sorte le marché de leurs espoirs professionnels, soupesant les possibilités, découvrant de nouvelles voies. Cette année encore le lycée Jean Prouvé était présent, mais avec un stand en grande partie re-conçu et à la fabrication duquel a contribué toute la filière ERA (Etudes et Réalisation d’Agencements).

Les étudiants de seconde année, dont je fais partie, ont repris le projet de l’année précédente en modifiant l’élément central appelé totem. On a utilisé un outil de modélisation (archicad), et travaillé de concert avec MM. Garlin, Guermouche et Yvan. Les étudiants de première année ont procédé à la fabrication et au montage du stand dans l’atelier.

La conception du stand

Au printemps 2019, nous avons proposé au proviseur différentes solutions pour le stand du salon 2020. Il a choisi le modèle que mon équipe avait mis au point en s’inspirant d’un luminaire de l’architecte et designer Alvar Aalto.

M. Garlin a modifié ensuite à son tour l’idée en la simplifiant : sur la partie supérieure du totem, on passait de trois cylindres à un seul.

Le montage

Dès le mois de Septembre, les étudiants de première année ont commencé à fabriquer puis à monter les différents éléments du stand dans l’atelier du lycée. Le stand a été démonté, puis remonté au Grand Palais le mercredi 8 Janvier 2020, peu avant l’inauguration du salon.

Ainsi ce stand ne se contente pas d’être l’emplacement où des formations sont présentées ; il est aussi la démonstration matérielle du savoir-faire de l’une de ces formations.

On vous présente ici des photos du montage au Grand Palais.

Le cylindre

Sans nul doute, ce qui nous a demandé le plus d’effort  est l’élévation du cylindre.

La salon du 9 au 11 janvier

 

Au salon nous avons pu répondre aux questions de mille visiteurs environ. L’année prochaine nous envisageons de motoriser et alléger la partie supérieure du totem de manière à le rendre plus facilement transportable et plus attractif encore.

Steven Marchant