Archives de catégorie : Actualités

EN EQUILIBRE SUR LES MOTS

              Le Jeudi 14 octobre 2021, les “deuxième année” de BTS ERA et SCBH du Lycée Jean Prouvé à Lomme ont eu la chance d’assister à un spectacle interprété par les deux jeunes artistes circassiennes Macarena et Eugénie. Faisant parties de la compagnie de cirque la rime, elles ont étudié à l’école du cirque de Lomme (CRAC) et sont venues en résidence au lycée.

Une représentation impressionnante et originale

La représentation artistique s’est déroulée au CDI du lycée, au milieu des livres et des poèmes. Un spectacle construit en trois parties. Tout d’abord une artiste lisait un poème choisi par le public et l’autre l’interprétait avec son corps.
Dans cette première partie les étudiants découvrent leur art. Ce qui les a étonné et les impressionnent fut que chaque mots de poème était interprété en acrobatie par le langage du corps. Un étudiant témoigne ainsi : “J’ai bien aimé le fait qu’elles soient deux et l’échange qu’elles ont dans le regard ou encore quand l’une accompagne l’autre en lisant le texte.
              Le concept d’improviser sur des poèmes est une idée géniale car le spectateur doit essayer de rapprocher chaque mouvement au sens de la phrase.. ». Un concept qui leur était inconnu mais qui les a intrigué et ils attendaient avec impatience la suite.


Une devinette


              La seconde partie du spectacle où, cette fois-ci, toutes les deux  interprétaient des poèmes choisis, cette partie a fait participer les étudiants. En effet une feuille leur a été distribuée sur laquelle se trouvaient trois poèmes, Alicante de Jacques Prévert, Ce que nous perdons de Kae Tempest et Immigré de Rupi Kaur. Voici les mots de Hasma Mahmud étudiante de BTS ERA « Les circassiennes nous ont donné une feuille avec trois poèmes, elles ont ensuite interprété les poèmes à leur façon. Ce jeu consistait à identifier selon leur mouvement acrobatique le poème lié. Le jeu est très intéressant car on avait tous une interprétation des mouvements assez différents ». Le principe du jeu était de deviner quelle représentation était associée au poème, certains élèves ont très vite réussi et d’autres ont eu plus de mal à deviner.


Un bout de papier


              Lors de la dernière partie, encore une fois le public a été interpellé car les deux circassiennes ont proposé aux étudiants d’écrire un mot sur un bout de papier pour pouvoir en faire un poème. Au final cela a donné un poème assez drôle, mais ce qui a marqué le plus aux étudiants c’est leur adaptation et leur interprétation immédiate sans préparation. « Quand les deux circassiennes ont fait une présentation à partir de mots choisis au hasard.
Cela montre leur professionnalisme. En effet la dernière représentation était osée sans répétition. C’était « surprise » et elles ont su relever le défi » nous confie Baptiste Courtin, étudiant en BTS SCBH.               D’ailleurs cette dernière représentation a été principalement la partie préférée des étudiants. Macarena et Eugénie testent leur représentation dans des établissements scolaires à fin d’avoir des avis, des commentaires ,des critiques pour pouvoir aussi améliorer leur spectacle.


Vanassche Audrey, Valdez Vanina, Taviernier Yasmina, Bouillère Mael

Une course de vitesse

En ces temps de confinement, une série d’articles de presse (du Monde en particulier) sont proposés à la lecture des étudiants de BTS qui préparent l’épreuve de culture générale et expression. Il ne s’agit pas ici de donner lieu à un cours mais de lire l’événement qui fait la une de la presse depuis quelque temps à la lumière des deux thèmes à l’étude cette année : « à toute vitesse », et « seuls avec tous ». Dans ce premier article, on aborde l’événement sous l’angle de la vitesse et de l’urgence.

Continuer la lecture de Une course de vitesse

Lutter contre les discriminations

Mardi, nous avons rencontré deux intervenants de la ligue des droits de l’Homme, Mme Tiset et M. Philibert, qui sont venus débattre avec nous sur la question des discriminations.

La discrimination c’est le fait de mettre à l’écart quelqu’un ou de lui donner un traitement défavorable en fonction de son origine, son sexe, son âge, son apparence physique, ses opinions, sa religion, son lieu de résidence…

Elle peut se manifester lors d’une recherche d’emploi, de logement, d’une demande de prêt…

Toutes les discriminations sont interdites par la lois, mais il est difficile de les prouver.

Une expérience a démontré que la discrimination à l’embauche existe vraiment. Un testing a été réalisé récemment (janvier 2020). On a envoyé un ensemble de CV, de lettres de motivations à de grandes entreprises Françaises. On a pu observer que les candidats dont le nom était Français obtenaient davantage d’entretiens.

Les intervenants nous ont montré des vidéos où on constate que les discriminations passent aussi par l’accent ou l’origine. On a vu un exemple récent avec les Chinois à Paris, qui se sentent discriminés depuis l’apparition du coronavirus.

Ils nous ont demandé ce qu’on ferait si nous étions victime nous même de discrimination. Certains ont répondu qu’ils iraient porter plainte à la police. Les intervenants nous ont conseillé d’en parler aux professeurs ou aux CPE si un incident se produisait au lycée. Ils nous ont aussi parlé du Défenseur des droits à qui on peut envoyer un courrier.

Nous pensons que les discriminations ne devraient plus exister depuis qu’elles sont reconnues comme telles, c’est à dire depuis la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, qui stipule que tous les Hommes naissent libres et égaux en droit.

Ethan Piétin et Margaux Sergent